SOLOGNE
BIOGAZ :
Les questions
les plus
fréquentes

Cultures de maïs et de blé © Fotolia

SOLOGNE
BIOGAZ :
Les questions
les plus
fréquentes

Déchets équins - photo: © Hestemøj

SOLOGNE
BIOGAZ :
Les questions
les plus
fréquentes

Transport de l’électricité produite © Fotolia

SOLOGNE
BIOGAZ :
Les questions
les plus
fréquentes

Epandage des engrais produits à partir du digestât © Fotolia

SOLOGNE
BIOGAZ :
Les questions
les plus
fréquentes

Exploitation agricole © Fotolia

SOLOGNE
BIOGAZ :
Les questions
les plus
fréquentes

Exploitations agricoles © Fotolia

En temps réel,
nos compteurs
de production mis à jour
chaque seconde depuis
l'ouverture de notre unité
le 30 octobre 2014

Electricité produite

Chaleur produite

Bilan CO2 (en moins)

Déchets traités

Engrais produit

Réglementation

Quel est la législation française encadrant la construction et l’exploitation d’unités de méthanisation ?
Les unités de méthanisation sont encadrées par la réglementation relative aux ICPE ("Installations Classées pour la Protection de l’Environnement"), qui cadre l’exploitation des installations industrielles. Cette législation spécifie les mesures constructives et organisationnelles devant être mises en œuvre pour limiter et circonscrire les risques. Notre unité de méthanisation rentre dans le cadre de cette réglementation car il s’agit d’une unité de traitement de déchets et de production de gaz et est donc soumises à une législation stricte afin d’assurer une sûreté maximale.
L'unité de méthanisation SOLOGNE BIOGAZ à La Ferté Saint-Aubin comme toutes les unités développées par HELIOPROD METHANISATION respecte rigoureusement les mesures relatives à la règlementation ICPE afin d’assurer une sureté maximale de l'exploitation. Elle ne relève en aucun cas de la directive dite "SEVSESO".

Situation générale

Où se place la France sur le secteur de la méthanisation?
En 2014, on compte en France environ 200 unités de méthanisation (agricoles, industrielles ou territoriales). Le gouvernement français soutient activement ce secteur clé de la transition énergétique et affiche sa volonté d’avoir 2 000 unités à l’horizon 2020.
A titre de comparaison, l’Allemagne dispose de 9000 unités de méthanisation et au Danemark, la méthanisation est activement soutenue au niveau national depuis plusieurs années comme solution aussi bien de transition énergétique que de traitement de déchets et de diminution des odeurs.

Aspects environnementaux

Quels sont les impacts sur l’environnement ?
Une des principales vertus de notre unité de méthanisation est de réduire les émissions de gaz à effet de serre :
• en réduisant les émissions de méthane dues aux déjections animales brutes qui sont actuellement stockées en plein air
  à proximité des centres équestres,
• en substituant une énergie renouvelable, le biogaz, aux énergies non-renouvelables et fossiles,
• en substituant des fertilisants naturels produits localement à des engrais chimiques conventionnels, le plus souvent importés,
• en rationalisant le transport, le traitement et/ou l’épandage des sous-produits organiques.
L’émission de gaz à effet de serre évitée en tonnes équivalent CO2 a été approchée à l’aide de l’outil DIGES développé par l’ADEME. Ce bilan est positif avec une réduction du bilan de gaz à effet de serre évaluée à 1 315 tonnes de CO2 par an.

Idées reçues

Une usine de méthanisation génère-t-elle des nuisances olfactives ?
La méthanisation permet de réduire considérablement les nuisances olfactives, à la fois celles constatées à proximité des centres équestres (tas de fumier) et celles liées aux épandages des matières fertilisantes. La dégradation de la matière organique dans le méthaniseur permet de détruire les acides gras volatiles responsables des odeurs.
Le processus de méthanisation étant par définition anaérobie donc sans contact avec l’air ambiant, les nuisances potentielles sont donc limitées au dépotage. Pour limiter ces nuisances dans les zones habitées, notre unité est dotée d’un traitement d’air de type industriel avec un biofiltre et les manutentions de fumier sont réalisées à l’intérieur du bâtiment en enceinte close et soumis à dépression pour limiter les fuites vers le milieu extérieur. Le transport des fumiers est réalisé avec des caissons étanches et systématiquement bâchés. Les fumiers seront "consommés" frais afin de limiter les pertes de méthane durant le pré-stockage, limitant également les émissions d’odeurs lors du stockage ou du transport de fumier en dégradation.

Une usine de méthanisation génère-t-elle des nuisances sonores ?
Les émissions sonores d’une unité de méthanisation sont minimes. Le processus d’agitation des matières dans le méthaniseur est réalisé grâce à des vérins hydrauliques n’émettant aucun bruit. Le moteur de cogénération est placé dans un caisson insonorisé et ne produit qu'un bruit perceptible dans un rayon très limité (64dB à 10 mètres). Les nuisances dues aux transports sont réduites par un nombre limité de camions par jour (5 camions/j environ).

Existe-il des risques sanitaires ?
La méthanisation est un procédé naturel donc qui se déroule sans matière toxique. Une unité de méthanisation permet un assainissement des déchets et une réduction des risques sanitaires. En effet le processus de méthanisation assure une élimination quasi-totale des éléments pathogènes présents dans les déchets récupérés. Notre unité effectue une digestion anaérobie en condition thermophile qui détruit à 99.9% les agents pathogènes (bactéries, virus,…). Par conséquent, la méthanisation permet un retour de digestat plus sain sur les exploitations agricoles.

Est-ce qu’une usine de méthanisation représente un danger ?
Les risques d’explosion, d’incendies, de fuite ou de pollution d’une usine de méthanisation sont minimes. La conception du site a été réalisée de sorte que les effets de tels accidents soient circonscrits dans l’enceinte de l’usine. L'unité de méthanisation SOLOGNE BIOGAZ à La Ferté Saint-Aubin comme toutes les unités développées par HELIOPROD METHANISATION respecte toutes les réglementations de sûreté de ce type d’installation.
Le site est doté de détecteurs de gaz, d’un nombre important d’extincteurs, d’une voie pompier ceinturant le site, d’équipement de sécurité et de dispositif de rétention sur le réseau d’évacuation des eaux de pluie.


> Retour en haut de page